Mots-clés

,

Partiels terminés, liberté retrouvée, tel est mon dicton du moment. Je peux donc enfin reprendre les dramas que j’avais laissé de côté depuis plus de deux semaines et commencer à piocher dans les nombreuses nouveautés du mois, hourra. Avant ma période d’examens j’avais notamment commencé Witch’s Romance ainsi que Doctor Stranger et maintenant que j’ai un peu rattrapé mon retard il m’est soudainement venu l’envie d’écrire quelques impressions rapides sur ces derniers. Allons-y.

.

Witch’s Romance  마녀의 연애

Épisodes 1 à 8

🌑🌑🌓🌕🌕

Witch’s Romance est l’adaptation du drama taïwanais My Queen qui traîne dans ma liste de dramas à voir depuis maintenant plusieurs années. J’ai donc longtemps hésité avant de lancer le premier épisode de la version coréenne. Tiraillée entre l’envie de commencer par regarder l’oeuvre original et celle de découvrir ce que nous réservait la dernière production de TvN, j’ai finalement opté pour la deuxième option, balayant de ce fait la petite voix intérieure qui me disait que je pourrais le regretter. Ainsi donc, je me retrouve dans l’incapacité de faire une comparaison entre les deux ou de juger laquelle des deux versions est la meilleure.

Alors, est-ce-que Witch’s Romance m’a conquise? Et bien au bout de 8 épisodes je peux dire que oui. J’apprécie beaucoup ce drama, d’autant plus que 2014 a cruellement manqué de comédies auxquelles j’ai accroché (si mes souvenirs sont exactes le seul de la liste est Sly and Single Again). J’ai commencé les deux premiers épisodes sans trouver ça formidable, et surtout je n’arrivais pas à m’habituer au caractère de Ji Yeon, notre héroïne. Son introduction au spectateur est – je trouve – un peu maladroite, mais au bout de quelques épisodes le personnage devient moins caricaturé et on finit par s’y attacher. Au fil du temps on se rend compte qu’elle est plus attentionnée qu’il n’y parait (du moins avec les gens dont elle se soucie) et elle est par moments absolument hilarante. J’ai eu un déclic à la fin du deuxième épisode (oui, forcement…) où je me suis dit que les deux lead avaient une sacrée alchimie et de quoi offrir une romance bien sympathique. Ji Yeon et Dong Ha sont vraiment géniaux ensemble, j’adore leur relation ainsi que son évolution. J’apprécie aussi que les choses se disent. Ji Yeon sait pertinemment l’effet qu’elle fait à Dong Ha et cela les empêche de tourner autour du pot pendant 107 ans.

Si au début j’ai eu un peu de mal avec Ji Yeon, j’ai en revanche tout de suite aimé Dong Ha (Et je continue de penser que Ji Yeon n’arrive pas à on niveau). Je ne sais pas, il avait un côté rationnel qui m’a bien plu. Dong Ha est adorable, j’aime le fait qu’il pense toujours au bien de Ji Yeon et qu’il agisse en conséquence de façon totalement naturelle. Si il y a bien quelqu’un qui n’est pas égoïste c’est Dong Ha, et sa gentillesse n’est pas le moins du monde forcée. En plus de ça il est attentif, censé et pas bête du tout. Que demander de plus? (bon après c’est sûr qu’il est un peu trop parfait pour être vrai…)

Du côté des second lead c’est pas folichon mais ce n’est pas très dérangeant puisque le duo principal rattrape tout. Eun Chae (la rivale) n’est pas une peste, elle est même plutôt gentille mais je ne lui trouve aucun intérêt. Et j’avoue avoir vu pire comme rival, mais Shi Hoon se pose trop en victime alors qu’il n’a jamais rien fait pour contacter Ji Yeon en 6 ans. En réalité il m’énerve plus qu’il n’est méchant, mais tout comme Eun Chae, je trouve son personnage inintéressant. Au final je me rends compte qu’il y a pas mal de personnages qui m’indifférent totalement, pour prendre un exemple la romance entre le patron de Ji Yeon et la mère de celle ci me donne envie de faire avance rapide, mais tant que notre couple principal continue sur cette lancée alors tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Enfin il faudrait seulement que quelqu’un bâillonne et saucissonne Shi Hoon, personne n’y a encore pensé? Cela dit je n’ai pour le moment envie de cogner personne, ce qui est plutôt positif. Concernant les relations secondaires j’aime néanmoins beaucoup celle que Ji Yeon a avec sa mère et j’apprécie aussi le soutien qu’apporte Soo Cheol à Dong Ha. Ces deux paires ont une bonne dynamique et je suis toujours leurs scènes avec plaisir.

Bon Witch’s Romance n’est bien sûr pas parfait et le couple principal représente 90% de l’intérêt du drama (l’ambiance générale est également sympathique) mais je m’y attache de plus en plus. J’en suis en ce moment même à la moitié et j’espère que le scénario ne va ni s’épuiser, ni trop compliquer les choses pour Dong Ha et Ji Yeon parce que ces deux épisodes par semaine me détendent, me font rire et sont une sorte de récréation au milieu de toutes ces histoires de vengeance et autres banalités coréennes.


 

Doctor Stranger  닥터 이방인

Épisodes 1 à 6

🌑🌑🌕🌕🌕

Les deux premiers épisodes de Doctor Stranger m’avaient vraiment laissé mitigée et il a bien failli passer à la trappe, mais pour plusieurs raisons j’avais décidé de laisser au drama une deuxième semaine d’essai. Déjà parce que ce n’est pas en deux épisodes que l’on peut se faire une opinion objective d’un drama (enfin pas toujours), ensuite parce que la performance de Lee Jung Suk avait retenu mon attention (je trouve vraiment qu’il s’améliore de drama en drama) et que je voulais voir comment il allait se débrouiller une fois la période d’introduction passée. Mais la principale raison s’appelle Kang So Ra. J’aime énormément cette actrice et j’étais de ce fait curieuse de découvrir son personnage. Bref, les troisième et quatrième épisodes m’ont beaucoup plus plu et je me suis empressée de lancer les épisodes suivants. En y réfléchissant, il y a plusieurs raisons pour lesquelles je n’ai accroché à Doctor Stranger qu’a partir du troisième épisode.

– Déjà, j’ai trouvé que les deux premiers épisodes étaient tournés vers le mélo à l’extrême. Cela a pu marcher pour d’autres dramas comme par exemple Can You Hear my Heart?, mais ici j’ai eu l’impression que le scénariste cherchait à nous faire comprendre par tous les moyens que Park Hoon, Song Jae Hee ainsi que leurs proches avaient vraiment une vie pourrie. Alors d’accord, nous sommes dans un contexte impliquant la Corée du Nord, mais le sort s’acharne sérieusement sur notre héros et j’ai trouvé la narration bien trop maladroite et forcée. Par la suite l’histoire reste majoritairement dramatique, mais ces drames sont peut être moins brutaux, ou surtout un peux plus humains. Et au sein de l’hôpital se discute des questions moins égocentriques comme comment doit-on traiter les patients ou quelle est la place de l’argent dans les motivations qui animent les chirurgiens.

– Ensuite, Jin Se Yeon. Je ne sais pas pourquoi mais plus je la vois et moins je supporte le jeu de cette actrice. De plus, on s’obstine à lui donner des rôles similaires à chaque fois, ce qui n’arrange pas les choses. Parce que vraiment, là j’ai l’impression qu’elle joue exactement le même rôle que dans Gaksital et Inspiring Generation. Et je suis persuadée qu’une actrice autre que Jin Se Yeon aurait rendu le rôle de Jae Hee beaucoup plus intéressant, ou du moins me l’aurait rendu beaucoup plus sympathique.

Le fait donc qu’à partir du troisième épisode le scénario puise moins dans le pathos et que les apparitions de Jae Hee se fassent plus rares m’a, de façon complètement naturelle, reconnecté au drama. Cette dernière est malheureusement de retour depuis l’épisode 6, mais j’espère encore que cela n’altérera pas mon intérêt. Jae Hee est pour le moment un mystère. Amnésie, sorte de lobotomie? Nous sommes à Kdramaland, donc je pense que tout reste possible. Sa réaction lorsqu’elle s’introduit chez Hoon et tombe sur la vidéo montrant des images d’elle est étrange par exemple.

Quoi qu’il en soit, heureusement que Oh Soo Hyun est présente pour contrebalancer l’agacement que je ressens envers le lead féminin. Ahh, j’adore Soo Hyun qui peut être à la fois brute et attentionnée. Et évidemment, j’aime aussi énormément sa relation avec Hoon. Ils se construisent peu à peu une confiance sans faille et se comprennent sans avoir recours à de grands discours. Inutile donc de vous dire que je ship tellement plus Hoon et Soo Hyun que Hoon et Jae Hee. L’amitié entre ces premiers pourrait me suffire, mais ils sont tellement adorables que je ne peux pas n’empêcher de vouloir les voir finir ensemble. Au final je n’ai pour l’instant pas grand chose à dire sur Hoon, mis à part que ce personnage me plait bien (comment ne pas s’y attacher) et que j’aime les remises en question qu’il provoque chez les autres personnages. Ce que j’approuve est aussi le fait que son identité de Nord Coréen soit rapidement révélée, ce qui permet au drama d’aborder le rejet du Nord par le Sud (et inversement). Par contre je crains le moment où ses « Jae Hee-Ah » commenceront à devenir de trop.

DrStranger03-00572

Quand à Han Jae Joon, je dirais qu’il est plutôt énigmatique. Son ambition est visible, mais ses sentiments sont plutôt vagues. Je suis tout de même curieuse de voir dans que sens son personnage va évoluer, même si je ne pressens rien de bon. Doctor Stranger possède également un panel de personnages secondaires assez important mais cela ne me dérange pas outre mesure. Pour le moment ils ne sont pas envahissants et j’espère juste que par la suite ils ne seront pas une entrave à l’avancée de l’intrigue principale.

Pour finir, je voulais parler d’une phrase prononcée par Moon Hyung Wook : « Il est temps d’arrêter de regarder de quelles universités viennent les gens c’est leurs compétences qui importent ». L’éducation en Corée est un sujet qui cristallise grandement l’attention. Le gouvernement ainsi que les chaebols (conglomérats) incitent depuis toujours à l’excellence et l’université dans laquelle étudient les Coréens influe très fortement sur leur statut social, sur leur futur métier ainsi que sur leur prestige social. Un Coréen ayant étudié dans une université secondaire aura très peu de chances de trouver un poste haut placé. Cela fait partie du système éducatif coréen et de mon point de vue ce mode de sélection s’apparente à un fléau car il entraîne une compétition extrême dans la vie des Coréens qui sont conditionnés dés l’école primaire. Bref, tout ça pour en venir au fait que c’est la première fois que j’entends un tel discours dans un drama. C’est bien, ça change, et ça ne m’entonnerait pas que le scénariste soit plutôt anti-conservateur, ou en tout cas qu’il soit favorable à une évolution de la Corée et à un détachement de certaines traditions du pays.

Pour résumer, après un début qui m’a laissé mitigée, Doctor Stanger a su se rendre plus intéressant (du moins dans mon cas) et je suis à présent suffisamment attachée à Hoon et Soo Hyun pour me sentir investie dans ce qui va leur arriver. Ah, je veux qu’ils finissent ensemble, frustration… Cependant, la tournure dont prennent les événements dans le sixième épisode ne m’enchante pas vraiment et si dans un futur proche je commence à avoir du mal à lancer les nouveaux épisodes, je pense qu’il sera temps pour moi de ne pas insister, à suivre.

Bilan

Cette vague de nouveaux dramas arrive à un moment opportun puisque mes examens sont enfin terminés. Je ne suis pas encore totalement à jour sur Witch’s Romance et Doctor Stranger mais ça ne serait tarder et pour le moment je compte bien les continuer.

Et le reste?

A côté de ça il faut que je finisse In a Good Way (qu’au passage je conseil fortement) et que je me mette à jour sur Gap Dong ( que je conseille également), après quoi je pourrai jeter un œil à Big Man, TriangleYoo-na’s StreetGolden Cross ainsi qu’à A New Leaf pour pouvoir ensuite faire ma sélection. J’ai également visionné le premier épisode de You’re All Surrounded et ma foi, c’est un début plutôt prenant. Je ne suis pas particulièrement fan de Lee Seung Gi et il m’est vite apparu que Go Ara jouait d’une façon assez similaire que dans Answer Me 1994 (il est vrai aussi que le personnage s’y prête) mais le drama passe vraiment bien.

.

Publicités