Étiquettes

, ,

Love Rain date du début de l’année, certes, mais bon, mieux vaut tard que jamais…

.

Bref résumé

Le scénario de Love Rain est des plus basiques, In Ha et Yoon Hee sont étudiants dans la même université, et dés le premier regard, le jeune homme tombe amoureux sans oser avouer ses sentiments.

Par le biais de leurs amis communs ils finissent par se voir régulièrement et l’attirance qu’ils ressentent l’un pour l’autre ne fait que s’accroître.  Malheureusement, Dong Wook l’ami de In Ha est amoureux de Yoon Hee et une des amies de cette dernière se trouve être amoureuse de In Ha. Ainsi commencent les mal entendus et les sentiments cachés pour le plus grand malheur de nos deux personnages principaux.

Impressions, ou comment j’en suis arrivée là

🌑🌑🌓🌕🌕

Tout a commencé par un MV. Cela faisait un moment que je voulais jeter un coup d’oeil à Sarang Bi, mais je n’avais en revanche pas du tout programmé de le commencer pendant une période aussi chargée. Non, apparemment je n’avais pas assez de dramas en cours pour un emplois du temps absolument pas chargé. Bref, tout ça pour dire que ce MV m’a violemment spoilée sur la première moitié de Love Rain, qu’il était parfait pour mon âme de romantique qui a tendance à s’éveiller de temps à autre, et qu’au final je n’ai pas été raisonnable…

Alors que de nombreux avis disaient que les premiers épisodes étaient lents et d’un ennui à mourir, je n’ai de mon côté pas vu les choses de cette façon. J’ai été complètement emportée par cette génération des années 70, grâce notamment à cette magnifique réalisation qui a fait de chaque scène un pur plaisir à voir. Je me demande pourquoi la recette à marché sur moi alors que j’ai plutôt tendance à ne pas supporter les personnages indécis qui laissent se former autant de non-dits. Je pense que c’est sans doute l’ambiance, comment leur en vouloir alors que la volonté de bien faire est si perceptible (autant du côté de la production que des actes des personnages)?

Alors oui, le scénario est des plus bateau et ne contient aucune surprise, mais il renoue d’une certaine façon avec les vieux mélodrames d’antan et j’ai trouvé son petit côté poétique très agréable.

Quand aux deux personnages principaux, et bien je les trouve vraiment pas mal réussis, tout à fait complémentaires et c’est vrai que je n’ai aucun mal à les imaginer adultes. L’évolution de leur relation dégage beaucoup d’émotion et de douceur malgré le ton quelque peu tragique, ce qui est assez rare. J’avais quelques appréhensions concernant le choix de Jang Geun Suk et de Yoona mais c’est au final une bonne surprise et j’en ai même oublié les acteur pour me concentrer sur les personnages en eux-même.

Du côté des personnages secondaire, j’aime le fait que malgré la banalité de leurs rôles, il bénéficient quand même d’une écriture approfondie qui les rend attachants malgré les côtés agaçants de leur personnalité. Il est vrai que leur amitié est parfois étrange mais en aucun cas j’ai trouvé qu’elle faisait fausse et je dois avouer que je vais avoir du mal à tous les quitter pour laisser place à la génération de leurs enfants.

Sinon, c’est sûr que ce qui m’a empêché de profiter à 100% de ces premiers épisodes est la présence des clichés, ah ces horribles et inévitables clichés qui donnent envie de rentrer dans les dramas et de secouer les personnages. Non, parce que tout de même, j’avais envie de demander aux personnages  » et sinon, le dialogue, ça existe chez vous? ». Mais mis à part ça, tout est bien agencé.

Peut être que je suis un peu kitch, mais j’ai aussi complètement adhéré à la musique, et avec la lumière verdâtre dont bénéficie la réalisation (ce qui n’est absolument pas péjoratif, au contraire), j’avais vraiment l’impression de me trouver en plein milieu des années 70.

Bref, au final, je ne sais pas si la seconde génération de Love Rain va totalement me séduire et je ne sais même pas si j’arriverai à aller jusqu’au bout du drama, mais pour le moment il me satisfait et il est un petit plaisir sans conditions.

.

Publicités